Déclic 2: Quand je bouge le me rapproche de mon bien-être et de mon moi porfond

Depuis toute petite j’ai souvent eu l’occasion de bouger et de faire des activités dynamiques. Pendant tout un temps pour aller à l’école, je prenais mon vélo et je faisais 8 km par jour (en 2 allers-retours par jour). Je me souviens qu’en hiver c’était pénible mais j’avais vraiment aimé cette expérience.

Arrivée en Martinique à 12 ans, j’ai plus beaucoup eu d’activités, le vélo là-bas on oublie, les routes sont trop dangereuses. C’était donc à l’école que je faisais « mon sport ». Je sentais bien que ces moments de mouvement me manquaient mais sans plus. C’est bien plus tard, vers l’âge de 26 ans (après ma période en surpoids) que j’ai vraiment repris goût à l’activité physique.
Lors d’un de mes passages en Martinique, j’ai suivi ma sœur qui allait à la salle de sport. J’ai été avec elle parce que je suis curieuse (vous le savez déjà) et là je me suis amusée comme une folle, j’ai pris du plaisir à bouger, danser et transpirer.
Je me suis inscrite pour 1 mois et j’y allais presque tous les jours. C’était vraiment que du plaisir. Depuis ce jour j’associe l’activité physique au plaisir autant pour mon corps que pour mon moral.

L’activité physique m’apporte tellement … d’ailleurs à cette époque, j’étais chez ma mère et dès que j’étais un peu plus négative et grognon, elle me demandait depuis combien de temps je n’avais plus été à la salle et d’y retourner. En effet j’avais remarqué que je voyais la vie différemment, j’étais plus positive et « pumped up » quand j’allais régulièrement bouger et transpirer.

 

En plus d’avoir un corps plus ferme, de me sentir plus légère, de passer un bon moment (j’ai eu énormément de fou rire en pleine séance et je ressortais de la salle, j’avais mal aux joues tellement j’avais rigolé) d’avoir éliminé des toxines par la transpiration, d’avoir stimulé mon cœur et mon corps … je ressentais les effets positifs sur mon moral. Et ça c’était pour moi une nouveauté. Je l’avais déjà lu quelque part mais de le vivre c’est … extraordinaire et génial.

Je ne sais pas si vous vous l’avez déjà expérimenté, si oui, vous savez exactement de quoi je parle et sinon, je vous invite à être attentive à votre humeur entre une semaine avec de l’activité physique et sans.
Comment est-ce que vous réagissez à tel ou tel événement ?
Est-ce que vous êtes plus grincheuse ou plus déprimée ?
Même encore maintenant, dès que je laisse passer quelques semaines sans moment spécifique où je bouge et où je prends soin de mon corps, je ressens tout de suite un manque de légèreté et d’ouverture à la vie et à l’autre.

En gros quand je bouge, je me rapproche de mon bien-être et de mon moi profond.

Le mouvement est essentiel à l’équilibre et au bien-être de tout être humain. Quand on se sent bien dans sa peau, dans son corps cela joue sur l’estime de soi et sur la confiance en soi, donc en la vie et tout ce qui va avec.

Je l’ai vécu, je l’ai expérimenté et je vous le partage car c’est essentiel de connaitre les clés de notre bien-être et de notre vie.

La question que je vous invite à vous poser est celle-ci :

Est-ce que ce que je viens de lire me parle, me touche et m’interpelle ?

  • Si oui vous avez alors une clé en plus et vous pouvez continuer à mettre des choses en place pour vous rapprocher de votre bien-être.
  • Sinon, est-ce que vous avez déjà ressenti cette sensation de satisfaction, de légèreté et de bien-être après une activité physique quelle qu’elle soit ?

Oui, c’est génial vous avez un indice de plus qui va vous permettre de vous faire du bien
Non, avez-vous déjà eu du plaisir en bougeant ?

Partagez avec moi vos réponses et votre expérience et/ou vos questions. J’ai hâte de lire vos partages.